Bandeau de couverture

Avant de commencer, je préfère vous prévenir. Cette fois-ci mon récit ne va peut-être pas être très passionnant !!!  

 A cela 2 raisons : Le parcours de l'EcoTrail n'est peut-être pas le plus beau qui existe et n'offre pas vraiment matière à disserter longuement, ensuite j'ai décidé d'axer mon récit sur la façon dont j'ai géré mon premier 80 et surtout comment je l'ai quelque peu subi 

Ce compte rendu est de ce fait un peu long mais j'en ai besoin pour garder une trace de cette aventure et comment je l'ai traversé (cela me sera peut-être utile pour plus tard…)

En tout cas si l'ennui vous gagne, n'hésitez pas à passer directement à la fin, pour le bilan et la petite vidéo que j'ai faite pour immortaliser cette belle journée 

 

Me voilà de retour au départ de l'EcoTrail de Paris. Une course qui m'a jusqu'ici toujours bien réussi…  Le 30km en 2013, le 50km en 2014, quoi de plus normal que de m'inscrire cette année sur le 80km. Ce sera "mon défi 2015" n'ayant jusqu'ici jamais participé à une course de plus de 50km… et avec autant de D+

EcoTrail 2013_2014_2015

 Samedi matin, ma chérie me dépose à la base de loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines, et j'y retrouve Patrice et Françoise venus nous encourager, et leur groupe d'amis qui vont participer à la course. On échange quelques mots et anecdotes savoureuses (comme d'hab, merci Didier pour l'ambiance) … bref on occupe agréablement le temps qui nous sépare du départ 

Je me trouve plutôt détendu pour quelqu'un qui va participer pour la première fois à une telle course… Seul mon genou gauche me préoccupe, et je redoute qu'il me fasse de nouveau défaut, mais j'essaye de ne pas focaliser sur ça.

Photo avant le départ avec Pierrick

Bon allez, je quitte ce joyeux petit groupe pour retrouver Pierrick, un ami jusqu'ici "virtuel" avec qui j'ai fait connaissance via FaceBook. Il est là avec toute sa petite famille, et c'est vraiment sympa de se retrouver enfin 

 

12h00, nous partons ensemble dans le fond du peloton… il y a beaucoup de monde (un peu plus de 1800). On échange pas mal avec Pierrick, il me dit avoir rencontré DAWA SHERPA (un Traileur éminemment simple et sympathique)… et qui on remarque : DAWA sur le bord du parcours, en train d'encourager le flot des anonymes que nous sommes… vraiment génial ce type.

EcoTrail 2015 export vidéo _ 1

Il y a vraiment beaucoup de monde et les chemins ne sont pas très larges… pas toujours facile de doubler en ce début de course, mais finalement cela va peut-être au final m'être bénéfique (moi qui ai tendance à toujours partir trop vite) : nous sommes de ce fait sur un petit 10km/h, mais je me souviens des conseils de mon frère et de Christian D (merci encore) : très roulant sur les 20 premiers km, attention à ne pas se cramer au début… 

Une fois sorti de la base de loisirs, le parcours est encore un peu urbain. Nous passons le nouveau vélodrome de Saint-Quentin, et arrivons au km9,7 à une passerelle métallique qui enjambe une grosse route. Petit bouchon bien sûr. Une fois arrivée sur cette passerelle, tout le monde se remet à courir, et là, la passerelle se met sérieusement à osciller  On rebondit littéralement, on voit nettement le sol osciller, c'est bizarre, troublant…

EcoTrail 2015 export vidéo _ 2

 

Un peu plus loin nous entamons vraiment le parcours "nature", et arrivons sur un coureur avec un ENORME sac, genre camouflage de l'armée, son sac est presque aussi gros que lui  Il y a toujours des choses surprenantes sur les courses…

Le peloton commence à bien s'étirer maintenant et il est plus facile de prendre son rythme, en haut d'une première belle côte, je me retourne et constate que j'ai perdu Pierrick. Je l'attends en haut, mais il me dit que je peux "y aller". Je vais en fait le laisser peu de temps après (désolé de ne pas avoir partagé que cette douzaine de km avec toi, ce fut quand même bien sympa : à refaire…).

Le parcours est vraiment roulant avec de très légères côtes que j'avale sans trop forcer. Km19, je rattrape Didier, Wilfried et Lysou.  Depuis le départ je double énormément de monde, en fait contrairement à d'habitude je suis parti vraiment en fond de peloton, et il va y avoir du monde à doubler… et ce n'est pas toujours simple… enfin aujourd'hui l'essentiel est ailleurs, finir et uniquement finir.

EcoTrail 2015 export vidéo _ 3

Km21, cette fois c'est Céline et son binôme Jean-Claude que je dépasse. Visiblement il ne reste plus que Ludo devant parmi le groupe d'amis de Patrice, et tout ce petit monde est bien plus expérimenté que moi… suis-je parti trop vite, vais-je le payer... je suis toujours sur un petit 10km/h de moyenne, j'ai de super jambes… allez on continue comme ça 

 

Quelques centaines de mètres avant le 1er Ravito je croise Patrice et Françoise, même si c'est rapide, ça fait du bien 

 

Km22,5 : BUC 1er Ravito. Je prends le temps de bien faire le plein de ma poche à eau, et me gave de fromage et de Tuc (j'ai décidé aujourd'hui de manger principalement du salé au ravito, et alterner sucré/salé entre-temps… j'espère ainsi éviter la saturation gastrique qui arrive parfois en ne prenant que du sucré (Je teste, je découvre le Trail Long… on va voir si ça marche…)

Patrice m'a dit, c'est entre BUC  et CHAVILLE (km55) que se joue la course (avec beaucoup d'enchainements de côtes et descentes)… alors je décide de repartir sur le même rythme (environ 9,5km/h sur le plat) tout en gérant les difficultés (mais j'ai vraiment de "bonnes cannes" et je vais pouvoir tout de même lâcher un peu les chevaux en côtes).

EcoTrail 2015 export vidéo _ 5   EcoTrail 2015 export vidéo _ 7

KM30, je commence à sentir poindre à l'horizon les prémices d'une douleur que je connais malheureusement trop bien : ma tendinite du TFL au genou gauche commence à se réveiller  Pour le moment je n'ai pas encore de douleur, mais je sais déjà que cela ne va pas durer…

Vers le km32, je retrouve à nouveau Patrice qui m'accompagne sur quelques mètres, c'est cool, il me trouve bien… et m'annonce que Ludo n'est pas loin devant mais qu'il va ralentir.

EcoTrail 2015 export vidéo _ 8

Km 34, une grosse côte dans laquelle nous sommes beaucoup…  à gérer  ça pique un peu, et on en a quand même déjà plus de 30 dans les guibolles…

Km35, je rattrape effectivement Ludo qui me confirme qu'il va finir cool et m'encourage à continuer et à profiter de ma course… Merci, tous ces petits encouragements glanés à droite à gauche c'est vraiment un plus 

Bon maintenant je n'ai plus de connaissances devant. Côté genou, ça y est : la douleur est bien présente dans chaque descente et m'oblige à les aborder au ralenti…  on en est même pas à la moitié… ça va quand même être compliqué cette histoire, mais j'ai toujours de bonnes jambes !!! Allez, on va dire que ça va le faire…

Entre le km35 et 44, il y a un enchainement de très grosses côtes qui vont faire beaucoup de dégâts autour moi, et malheureusement pour moi aussi : Côté genou, c'est de pire en pire et dans les descentes je suis obligé de marcher… par contre sur le plat et en montée c'est toujours bon !!!

EcoTrail 2015 export vidéo _ 9   EcoTrail 2015 export vidéo _ 12

La route est encore longue… j'ai un gros coup au moral  Je me demande franchement si je ne vais pas abandonner au Ravito en eau de Meudon (km45). Je décide de décomposer totalement le restant de la course en ne visant que le ravitaillement suivant et en ne comptant que le kilométrage qui m'en sépare.

 

EcoTrail 2015 export vidéo _ 14

J'arrive enfin à Meudon dans un très beau Parc, c'est un ravitaillement uniquement en eau. Je refais le plein et décide de mettre ma veste car je commence à avoir froid. Je fais le point : 10km me sépare du prochain Ravito… c'est rien… en plus on en est à déjà à 45km et j'ai toujours de bonnes jambes!!!  Allez, on serre les dents et on avisera à CHAVILLE.

 

EcoTrail 2015 export vidéo _ 15

Quelques km plus loin on passe dans le parc de l'observatoire de Meudon où on aperçoit au loin la Tour Eiffel… mais ne  nous y trompons pas, il reste encore 30km… 

Km54, je retrouve Patrice en haut d'une côte et il m'accompagne pendant 5minutes en courant derrière moi. Lui ça lui permet de se réchauffer (car il fait vraiment froid pour ceux qui attendent) et moi ça me rebooste le moral un bon coup, et à ce moment j'en ai vraiment besoin… (en fait maintenant j'ai mal aussi sur le plat pendant 2-3 minutes, à chaque fois que je relance après une période de marche )

500m plus loin c'est Françoise que je retrouve dans la dernière côte avant le ravito de Chaville… génial… côté moral j'ai fait le plein… 

 

EcoTrail 2015 export vidéo _ 17

Au ravito je mange bien mais essaye de ne pas m'attarder pour éviter de laisser trop refroidir mon genou… mais c'est déjà trop et le redémarrage est difficile… enfin, j'essaye de positiver : il n'y a plus que 13 km avant le prochain ravito, le gros des difficultés est passé, et surtout je n'ai pas passé 4 mois à me préparer pour arrêter maintenant. Je suis prêt dans ma tête à assumer une blessure et le temps de soins qui en résultera, je veux absolument terminer.

Je repars avec ma lampe frontale dans la poche car je pense ne pas réussir à atteindre le dernier ravito avant que la pénombre nous rattrape dans la forêt de St-Cloud.

Je continue mon petit bonhomme de chemin sur mon petit rythme regarde ma montre  Je suis malgré tout en train de faire une sacrée course, moi qui visais les 10h (un chiffre symbolique) je me rends compte que, sauf si mon état s'aggrave vraiment, je vais être largement en dessous, et cela me rebooste encore un coup. C'est fou comme la tête à un pouvoir démentiel dans ces courses longues 

 

EcoTrail 2015 export vidéo _ 19

Km64, il est maintenant nécessaire d'allumer la frontale. C'est toujours particulier de courir en forêt dans le noir. On est du coup beaucoup plus concentré, on ralentit inconsciemment, mais au final l'esprit est tellement occupé que cela passe vite ! Allez plus que 4km et c'est le dernier ravito.

Km68, Ravito du Parc de Saint-Cloud : Juste avant de rentrer dans l'aire de ravitaillement, Il me semble qu'il y avait Jérôme, le copain de Céline (qui a malheureusement dû abandonner ici dans sa tentative sur l'EcoTrail 50km). Mais avec la pénombre, la fatigue (tout de même) et ne m'attendant pas à le trouver ici, je l'ai zappé… désolé 

 

EcoTrail 2015 export vidéo _ 21

Bon, pour maintenant je termine coûte que coûte. Je prends mon temps pour me ravitailler, je rajoute un peu d'eau pour ces 10 derniers km, et repars le sourire aux lèvres 

J'aborde cette dernière descente tranquillement, en marchant dès que la douleur est trop présente, et arrive enfin au musée de sèvres : point de départ de 8km de plat, pas très passionnant, qui vont m'amener au pied de la Tour Eiffel.

Bon je ne vais pas trop m'étendre sur ces derniers km qui sont assez inintéressants (du bitume après avoir profité de 8 bonnes heures de nature… enfin il faut bien ça pour pouvoir arriver au pied de "la grande dame").

 

EcoTrail 2015 export vidéo _ 22

Enfin si, il faut quand même reconnaitre que faire ces derniers km de nuits, c'est plus agréable que de jour… surtout sur la fin avec les monuments, les ponts illuminés… 

Vers le km 74, après avoir traversé l'Ile Saint-Germain, on remonte sur un pont, et qui nous attend en haut !!! Deux jeunes dames qui nous interpellent avec un plateau dans les mains "une fraise tagada ou un crocodile pour finir" !!! Trop cool, surtout quand on connaît ma passion pour les bonbons Haribo. J'adore ces petits moments de simplicité et bonne humeur 

Les derniers km sont un peu pénibles, surtout qu'un fort vent de face s'est levé le long des quais de seine et je commence à avoir froid…

 

 

Km77, et passage sur l'Ile aux cygnes, on est tout proche, la Tour scintille, je savoure… c'est le pied. Je connais bien ce passage, une dernière série d'escaliers, 600m de quai et on y est : je suis euphorique 

EcoTrail 2015 export vidéo _ 23   EcoTrail 2015 export vidéo _ 25

 

 

Derniers 100m, il y a foule et une belle ambiance (touristes pour les illuminations, supporters) on se prend pour un champion… on passe sur une petite estrade et je gueule comme un taré pour arranger la foule… euphorique je vous dis 

EcoTrail 2015 export vidéo _ 26

J'entends mon nom un peu partout, j'aperçois de justesse Rachel et lui tape dans la main (désolé pour ceux que je n'ai pas vus… j'étais sur mon petit nuage)

Et nous voilà enfin au pied de la tour, je récupère mon ticket (pour redescendre tout à l'heure par l'ascenseur) et j'attaque le sourire aux lèvres. 9h10 : combien de temps je vais mettre ?

 

EcoTrail 2015 export vidéo _ 27   EcoTrail 2015 export vidéo _ 28

 

 

L'excitation, l'adrénaline, les endorphines… je ne sais pas, toujours est-il que nous sommes plusieurs à avaler les marches deux à deux, je ne sens même pas mes jambes  Et puis au bout d'un moment je me dis "mais profite, savoure bon sang..." alors je vais terminer en marchant, en contemplant la vue, c'est le grand kiffff. C'est tellement le pied que j'en oublie tous les mauvais moments provoqués par ce satané genou… je l'ai fait.

 

EcoTrail 2015 export vidéo _ 29

 

Et voilà, 9h14… je n'en reviens pas!!!

Very happy

Je savoure l'instant en contemplant cette tour illuminée je filme la zone d'arrivée, je suis dans un état second…, je récupère mon maillot Finisher et ma médaille et j'appelle ma chérie pour la rassurer. Elle me dit avoir vu sur internet que Pierrick est arrivé à peine 4minutes après moi!!! Je le cherche mais il est déjà trop tard, on s'est croisé sans s'en rendre compte dans la zone d'arrivée… vraiment dommage j'aurais bien aimé partager ce moment avec un ami…

Bon maintenant il faut songer à redescendre surtout que le vent est très fort là-haut et que j'ai vraiment froid. Direction l'ascenseur, c'est la queue des grands jours… enfin il y a une bonne ambiance, on discute avec des touristes, on leur explique pourquoi on est là… et pourquoi ils vont devoir prendre l'ascenseur avec des gens qui sentent autant la transpiration…

Au final, 4 minutes pour monter à pied… et 20 minutes pour réussir à monter dans l'ascenseur gavé de touristes. Avec les muscles qui se refroidissent, c'est pénible et nous semble une éternité.

Direction le gymnase pour récupérer mon sac et prendre une bonne douche CHAUDE … un bonheur 

 

Voilà, je l'ai fait… comme dis Christian D. "Maintenant t'es un grand" 

 

Finisher EcoTrail 80km 2015

 

 

 

Petit bilan à froid, que retenir de cette journée...

Pas content Points négatifs…, en fait il n'y en a qu'un :

Mon genou gauche qui me pose toujours problème dès que le kilométrage dépasse les 30-35km.

A surveiller, j'espère que cela ne m'empêchera pas de continuer dans" le long". Vais-je pouvoir me lancer sur des courses de montagne ?  On verra…

 

 YesssPoints positifs :

- Aucun passage à vide, pas le moindre coup de pompe : ma préparation a été efficace

- Aucun problème gastrique : l'alternance sucré/salé ça fonctionne bien pour moi

 

IdéeEnseignements à tirer :

- Les amis, la famille au bord du chemin, c'est un plus indéniable (ça rebooste un max) : Merci encore Patrice, Françoise, Rachel, etc…

- Lorsque l'on est dans le dur, il est indispensable de décomposer sa course, ne viser que le ravito suivant et se concentrer uniquement sur le kilométrage qui nous sépare de ce point, sans se préoccuper de la distance totale restante.

- Quand le moral n'y est plus, il est impératif d'essayer d'évacuer les pensées négatives et se concentrer uniquement sur du positif (facile à dire me direz-vous…) Même si ça n'a rien à voir avec la course… tout est bon pour ne pas ruminer sur ses bobos… et je vous assure que ça marche…

- Pour mon prochain Camel-Bag, il faut que j'en trouve un permettant d'avoir une poche à eau dans le dos, et des flasques souples devant, afin de partir avec la poche remplie pour ensuite ne remplir que les flasques ce qui est tout de même plus pratique quand la fatigue arrive…

 

 

Que dire de plus, que j'ai eu vraiment du plaisir à rencontrer Pierrick et partager mon début de course avec lui , plaisir aussi de faire la connaissance de Bruno "le Traileur Vidéo-Reporter" que je suis sur internet par le biais de ses magnifiques vidéos

 

Si vous pouvez… essayer au moins une fois "le long", c'est vraiment le top, la satisfaction est tout autre, la gestion de l'effort y est prépondérante et le plaisir à l'arrivée s'en retrouve décuplé.

 

 

Bon allez, j'arrête là mon roman. Maintenant place aux soins, mais cela semble moins grave qu'il y deux ans (déjà plus mal à mon genou au bout de 2 jours).

Au programme : poches de glace à gogo, pommade, étirements pendant 2 semaines pour j'espère une reprise de la course à pied sur le Trail de la Vallée de la course le 05 Avril (un 15km sur lequel j'ai prévu d'accompagner tranquillement ma chérie)

 

A bientôt

 Ma vidéo de la course <

 

DigitalCamera4

Lien vers l'Album Photos de la course <

   

Pour ceux que cela interesse, voici la trace GPS (fichier GPX) du parcours de cet EcoTrail de Paris 2015 ( sur le 80km) : Trace_GPS_EcoTrail_de_Paris_2015__80km

 

Voici aussi, via les liens ci-dessous, mes récits des l'éditions 2013 et 2014 (avec photos et vidéo) :

16/03/2013 : EcoTrail de Paris (30km)
29/03/2014 : EcoTrail de Paris (50km) : un nouveau cap à franchir